Le gaz nouveau venu dans le jeu des énergies renouvelables

Gaz vert

Article de Eric Manchon dans les Echos / Directeur Infrastructure et secteur public chez Acofi – le 27/08 à 16:00

Eric manchon rappelle au travers de l’article le potentiel du « gaz vert » (biogaz) produit par 1) méthanisation et 2) pyrolyse (pyrogazéification).

Tout en soulignant que « les technologies se cherchent encore » et que « les prix sont encore trop élevés », il reste optimiste au regard des gisements mobilisables (résidus agricoles, bois forestier, et déchets). Il note également que « son développement impacte le tissu économique de façon beaucoup plus marquée que ne l’ont fait jusqu’ici l’éolien ou le photovoltaïque » et de rappeler que l’emploi lié à la construction ou l’exploitation de ces installations sont pérennes et non délocalisables (versus panneaux chinois massivement fabriqués en Chine).

L’article rappelle également que « le soutien aux énergies éoliennes et photovoltaïques représente aujourd’hui 5 milliards d’euros par an, et devrait encore progresser pour plafonner vers 2025 : au sein de cette enveloppe, le biogaz stricto sensu atteint à peine 300 millions d’euros ».

Source et lien de l’article : les échos

Ces constats sont très similaires à ceux développés par le Club Pyrogazéification dans son « position paper » il y a quelques mois – téléchargement (4 pages) – Le Club Pyro se réjouit que les perspectives de la pyrogazéification soient mieux connues et mieux relayées auprès du grand public en particulier.

A l’appui de cet article ; les deux études :

  • « Actualisation du scénario énergie climat 2035-2050 » – lien
  • « Un mix gaz renouvelable 100 % en 2050 » (ADEME en collaboration avec GRDF et GDT Gaz) – lien